Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre Jean Bodin : recherche juridique et politique


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    theseVITOUR

    Soutenance de thèse de Mme VITOUR Agathe

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Le mandat d’intérêt général, d’un acte condition à une nouvelle logique de l’action publique

    Soutenance de thèse de Mme Agathe VITOUR

    Le 28 novembre 2018

    Madame Agathe VITOUR
    candidate au diplôme de Doctorat de l'Université d'Angers,

    est autorisée à soutenir publiquement sa thèse
    le 28/11/2018 à 14h00
    Faculté de droit, d’économie et de gestion
    Salle du Conseil

    sur le sujet suivant :
    Le mandat d’intérêt général, d’un acte condition à une nouvelle logique de l’action publique
    Directeur de thèse : Madame Martine LONG

    Composition du jury :

    Monsieur Sébastien FERRARI, Professeur des Universités Université de Grenoble, Rapporteur
    Monsieur Gilles J. GUGLIELMI, Professeur des Universités Université de Paris II Panthéon-Assas, Co-directeur de thèse
    Madame Martine LONG, Maître de Conférences HDR Université d’Angers, Directeur de thèse
    Madame Hélène PAULIAT, Professeur des Universités Université de Limoges, Examinateur
    Madame Laurence POTVIN-SOLIS, Professeur des Universités Université de Caen, Rapporteur
    Monsieur Fabien TESSON, Maître de Conférences HDR Université d’Angers, Examinateur

    Résumé de la thèse

    Dès le traité de Rome, le droit primaire organise une dérogation aux règles du Traité pour les entreprises gestionnaires d’un SIEG fondée sur l’actuel article 106 § 2 du TFUE sans toutefois en préciser les conditions de mise en oeuvre. Une jurisprudence hétérogène s’est alors développée. La Commission est intervenue au travers des paquets Monti-Kroes et Almunia pour expliciter la mise en oeuvre de cette dérogation. La notion de mandat est alors introduite pour la première fois dans le droit dérivé. Cette notion a été reprise par la suite à l’article 2 point 2 point j de la Directive services 2006/123/CE du 12 décembre 2006 comme condition d’octroi d’une dérogation au principe de libre prestation de services aux SIEG revêtant un caractère social. Si l’essence du mandat semble aisément identifiable, à savoir octroyer une dérogation aux règles de la concurrence à un gestionnaire de SIEG, sa nature est plus complexe à déterminer. Le mandat se caractérise par la réunion de critères matériels et organiques, à savoir l’existence d’un SIEG, la nécessité d’octroyer une dérogation aux règles de concurrence, l’existence d’un acte détaillant les obligations de service public et les modalités de compensation de ces dernières. Le mandat se présente alors comme une forme d’actecondition. S’il semble a priori permettre une lecture renouvelée du principe de subsidiarité, les institutions de l’UE contrôlent au travers de l’erreur manifeste d’appréciation les interventions des personnes publiques et véhiculent ainsi leur propre conception de l’intérêt général. Le mandat est encore peu utilisé en droit interne et les critères fixés par le droit dérivé sont appliqués de manière lacunaire.

    Télécharger le fichier «AVIS SOUTENANCE DE THESE_VITOUR.pdf» (39.7 KB)