Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre Jean Bodin : recherche juridique et politique


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    JDD2017

    Colloque des doctorants du centre Jean BODIN

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Peur de la sanction et sanction de la peur

    Le 6 avril 2017

    de 9h00 à 18h00
    en amphithéâtre Volney , Faculté de Droit d'Économie et de Gestion de l'Université d'Angers

     

    Ce second colloque des doctorants du Centre Jean Bodin (laboratoire de recherche juridique et politique de l'Université d'Angers- EA4337)

    est organisé sous la direction de:   

    • Joseph REEVES, doctorant allocataire régional à l'université d'Angers et
    • Agathe VITOUR, doctorante Cifre à l'université d'Angers.

     

    en partenariat avec la Faculté de droit, d'économie et de gestion de l'Université d'Angers et l'école doctorale Pierre COUVRAT.

     

    Présentation : 


    Forts du succès de la première journée d’étude des doctorants organisée en avril 2015 sur le thème de la beauté vue d'un point de vue juridique et politique, les jeunes chercheurs du centre Jean Bodin décident de renouveler l’expérience pour l’année 2017. Pour la plupart de nouvelles recrues, sans claquer des dents, ils ont décidé de se faire les crocs sur un thème bien à eux : la peur et le droit.

     

     

         De la petite araignée ou du grand méchant loup, sur la ville, dans la cité ou la vallée, qu’elle soit bleue, noire ou même blanche, la peur a bien des visages. Son ombre s’étire et s’étend sur notre inconscient, individuel ou collectif. Elle s’insinue dans nos pensées comme elle occupe l’espace public.
    À cet égard, il faut souligner les termes du préambule de la Convention interaméricaine des droits de l’homme selon lesquels l’idéal de l’homme libre ne peut s’accomplir « qu’à l’abri de la peur ». Maitrisée, souvent ; exacerbée, parfois ; mais présente, toujours, il s’agit pour Hobbes d’un facteur structurant et fondamental pour une société (Leviathan, 1651). Bergson note quant à lui que la société repose sur un instinct primitif de conservation, que notre principale motivation à vivre ensemble dérive de la peur d’autrui (Les deux sources de la morale et de la religion, 1932).

         Par la canalisation de la peur au travers de la sanction de comportements délinquants, la règle juridique est conçue à l’origine pour protéger l’individu, remplir une fonction de régulation sociale, assurer pérennité et légitimité de l’État ainsi que de ses institutions. Pourtant, « dans une société inquiète, voire angoissée, à la recherche du “zéro risque absolu”, la norme a vite colonisé tous les secteurs de la sphère publique (et même, de plus en plus, de la sphère privée). Enfant chérie d’un principe de précaution entendu au sens le plus large, pour ne point dire aberrant, elle est énoncée “au cas où” » (Claude Belot, Rapport d’information fait au nom de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation sur les normes applicables aux collectivités territoriales, 2011).

         Inspiration de nombreuses études philosophiques, la peur n’a pas encore été envisagée comme l’objet de réflexions juridiques heuristiques. Pourtant, les juristes connaissent bien l’adéquation ubi societas, ibi jus, là où il y a une société, il y a du droit. La présente journée propose alors de vérifier si la translative est vraie et de s’interroger de la sorte : ubi pavor, ibi jus, là où il y a de la peur, y-a-t-il du droit ? En effet, si la peur révèle ce qu’il y a de plus fondamental chez l’homme ou dans une société, le droit et les institutions étatiques devraient nécessairement en être l’écho.

         L’étude du sujet « peur et droit » implique de s’interroger sur l’origine même de la règle juridique : le droit fait-il peur, ou réciproquement, la peur est-elle à l’origine de droits ? Est-elle une garantie, sinon la seule, de sécurité et de cohésion sociale ? Comment le droit apaise-t-il la peur et assainit le rapport à autrui ? Par quels mécanismes la règle de droit peut-elle assurer la sécurité, ou du moins véhiculer un tel sentiment ? Comment la règle de droit établit et maintient une relation de confiance entre l’individu et l’État ?

     

    Programme :

    Téléchargez le programme du colloque
    pdf - 491ko

     

    Interventions Filmées


    Photos de la journée !

    amphi JDD 2017
    Serge Portelli
    Chaire
    Agathe Vitour
    Chaire
    Ensemble des intervenants
    Antoine Béguin, Jean-Claude Brisard, Bérangère Taxil

    Informations pratiques

     

    • Contact :

     

    Pierre SECOUE
    Secrétariat centre Jean Bodin (secretariat.cjb @ contact.univ-angers.fr)

    Tél. : 02 41 96 21 17/45
    Service Recherche,

    Faculté de droit, d’économie et gestion,

    Université d'Angers

     

    • Supports de communication:

     

    - Affiche (jpg 549ko)

     

    - Programme (jpg 491ko)

     

    - résumés des sujets de thèse des doctorants du CJB intervenant à ce colloque (jpg 742ko)

    Conférence de clôture

    À l'issue du colloque,

    M. Jean-Christophe BRISARD,

    grand-reporter d'investigation,

    interviendra en conférence sur le sujet :

    Journalisme et régimes autoritaires :
    les enjeux d’une information sous contrôle.

    Présentation de la conférence